Vous êtes ici : Accueil > Archives > Nos projets : "Attention mesdames et messieurs" > 2008/2009 > Musée de l’école rurale
Par : admin
Publié : 20 avril 2009
Format PDF Enregistrer au format PDF

Musée de l’école rurale

 Au musée de l’école d’autrefois

 

 Jeudi 26 février, nous sommes allés à Trégarvan, au musée de l’école d’autrefois.

 Dans l’école, il y a deux cours : une pour les filles et une pour les garçons. Dans chaque classe, il y avait les enfants de 6 et 12 ans.

 Il n’y avait pas d’électricité, on s’éclairait à la lumière du jour. Pour se laver les mains, on utilisait la pompe à eau qui était dans la cour.

 Les enfants venaient à pied à l’école, car il n’y avait pas de voitures. Comme il n’y avait pas de cantine à l’école, les élèves qui habitaient loin réchauffaient leur soupe sur le poêle. Ensuite, ils la mangeaient dans le préau.

 

 Texte dicté par les CP à la maîtresse et recopié par Kylian

 

 

La tenue de l’écolier

Les enfants portaient des sabots avec de la paille dedans pour qu’ils n’aient pas froid aux pieds. Pour entrer dans la classe, ils enlevaient leurs sabots.

 Les filles portaient une coiffe sur la tête.

 Tous les enfants portaient des sarraus : c’est une tenue noire qui ressemble à une robe.

 

 Texte écrit par Enora, Raphaël et Gwendal.

Le matériel de l’écolier

 

Les tables : Ils avaient des longues tables et des longs bancs en bois.

Les tables étaient inclinées et il y avait un trou dedans pour l’encrier.

 

Les outils : Les écoliers avaient une besace(cartable), des cahiers, un plumier(trousse), un porte-plume, un buvard, une ardoise et des bûchettes pour compter.

 

 

 

Texte écrit par Maxime, Ghislain et Océan 

 

 

 La journée de classe

 

 Le matin, les enfants se rangent en silence quand la cloche sonne. Ils enlèvent leurs sabots avant d’entrer dans la classe. Ils se mettent debout à leur place et disent « bonjour » à la maîtresse, puis ils s’assoient.

 Ensuite, ils vident leur besace et rangent leurs affaires dans les casiers.

 La journée de classe commençait par la morale. Après il y avait une dictée, puis les mathématiques. La journée se terminait par le chant.

 

 Texte écrit par Eloïse, Julie, Tanguy et Arthur.